Derniers sujets
Qui est en ligne ?
Il y a en tout 1 utilisateur en ligne :: 0 Enregistré, 0 Invisible et 1 Invité

Aucun

[ Voir toute la liste ]


Le record du nombre d'utilisateurs en ligne est de 40 le Dim 21 Déc - 19:41
Galerie


Marque-page social

Marque-page social digg  Marque-page social delicious  Marque-page social reddit  Marque-page social stumbleupon  Marque-page social slashdot  Marque-page social yahoo  Marque-page social google  Marque-page social blogmarks  Marque-page social live      

Conservez et partagez l'adresse de SMILE sur votre site de social bookmarking

Conservez et partagez l'adresse de SMILE sur votre site de social bookmarking


Les adolescents agents positifs du changements

Aller en bas

Les adolescents agents positifs du changements

Message par mehi m2m le Jeu 19 Mar - 16:23

La Synthèse du Projet

« Les adolescents agents positifs du changements : le droit à la participation »




L’adolescence constitue une phase psychologique de transition entre l’enfance et la phase adulte. La situation psycho affective et physiologique singularise cette période de la vie des individus. Pour l’UNICEF et l’OMS, l’adolescence correspond à la tranche d’âge comprise entre 10 et 19 ans. Elle correspond dans l’approche cycle de vie à la seconde décennie de vie, cette période inclut les 15-18 ans qualifiés de « jeunes » voire les 15-24 ans.



L’adolescence correspond à une période de construction du futur équilibre psychosocial adulte. Cette étape qui ne devrait pas trop s’étaler dans le temps constitue cependant un moment crucial du passage :

-de l’enfance à la condition adulte,
-de l’irresponsabilité à la responsabilité,
-de la dépendance à l’autonomie.

Cette phase est considérée à ce titre comme une période à risque dans la mesure où si l’adolescent se voit confronté à un environnement plus large que celui de sa famille et à des situations à risque qu’il doit apprendre à connaître et à gérer. C’est également d’affirmation de soi qui peut ouvrir sur le conflit et l’opposition au milieu familial le plus proche. La résolution de ces situations nouvelles, difficiles favorise son développement et son équilibre.


Quelques données sur la situation des adolescents

-La population âgée de 18 ans constitue près de 35 % de la population globale,
-l’effort de scolarisation engagé par l’Algérie fait que 98% des enfants sont scolarisés et les filles en sont largement bénéficiaires puisqu’elles représentent 47 % des effectifs dans le primaire et 57,54 % dans le secondaire. Cette donnée n’épargne pas l’exclusion du système scolaire de près de 500 000 enfants.

L’environnement immédiat des adolescents n’est pas toujours favorable à un développement sain et harmonieux dans la mesure où ils se trouvent confrontés à des phénomènes tels la violence, la toxicomanie, le tabagisme et d’autres risques tel le VIH SIDA devenu le mal du siècle et qui menace particulièrement les jeunes. La dernière étude effectuée auprès de 30000 ménages révèle que les jeunes sont confrontés à des difficultés quant aux perspectives scolaires, professionnelles, sécuritaires.

Que les problèmes de discrimination entre les filles et les garçons persistent même si nous assistons à un renversement de tendance dans les cycles moyen et secondaire 112 filles au moyen/secondaire pour 100 garçons.

L’exclusion scolaire et le chômage menace nombre d’adolescents.

La santé des jeunes se trouve elle aussi menacée dans la mesure où l’on relève que dans les 15-19 ans seuls 14,3% ont une parfaite connaissance du VIH SIDA.

De même il est relevé que la violence demeure un mode de communication intergénérationnelle, la pratique du châtiment corporel demeure un recours courant en direction des enfants entre 2 et 14 ans…

Les problèmes évoqués ci-dessus indiquent les nouveaux problèmes auxquels se trouvent confrontés les adolescents et les jeunes et qui appellent leur implication dans leur solution mais également dans les changements positifs qui doivent conditionner leur devenir.

De nombreuses initiatives existent qui montrent les capacités créatrices des adolescents et des jeunes. Le projet « les adolescents agents positifs de changement » s’inscrit dans une initiative régionale. Plusieurs pays de la région MENA (Moyen Orient Afrique du Nord) à savoir l’Algérie, la Tunisie, le Maroc, la Syrie, le Liban, l’Egypte, la Palestine et la Jordanie développent des initiatives multiples en direction et en appui sur les adolescents.

Ce projet est soutenu financièrement par des fonds suédois (SIDA Sweeden). La promotion de la participation des adolescents et des jeunes constitue le principe de toutes les initiatives favorables au processus de construction du droit à la participation. Ce droit reconnu par la Convention des Droits de l’enfant constitue un droit fondamental, indissociable des autres droits de l’enfant.


Résultats du projet


« D’ici à 2011, les adolescents connaissent leur droit à la participation et les détenteurs d’obligation l’intègrent dans leurs pratiques »

Résultats 2007

Résultat 1

Les perceptions, les attitudes et les valeurs des adolescents sur leur droit à la participation sont connues

Résultat 2

Des espaces et environnements sains et sécurisés pour les adolescents sont créés

Résultat 3

Les comportements et pratiques des adolescents seront plus sains

Résultat 4

Les adolescents sont impliqués dans la production des programmes médiatiques


Ce projet vise à promouvoir le droit à la participation des adolescents à travers :

- l’évolution des perceptions et des attitudes des ayants droits (familles, enseignants, institution…) vis-à-vis des adolescents

- la connaissance de la situation des adolescents, de leurs attentes, vécus…

- la création d’espaces favorisant des initiatives favorables au développement de comportements sains et de compétences de vie
- le développement d’une stratégie de communication en direction des adolescents et en appui sur eux.

- les formations à la participation en direction de l’encadrement d’ONG et d’adolescents


Les activités appelées à être développées devront permettre d’atteindre les résultats du projet pour l’année 2007.


Dans l’immédiat il a été retenu de :

1. Réaliser une étude et un documentaire sur les perceptions des adolescents

2. Créer 6 espaces « amis des jeunes et des adolescents ».

3. Intégrer les droits de l’enfant et de l’adolescent dans le Plan National d’Action pour le suivi des recommandations de la Session Spéciale et le document « un monde digne des enfants »

4. Élaborer une stratégie de communication avec et en direction des adolescents sur la prévention du VIH/SIDA.

5. Élaborer une stratégie d’éducation par les pairs sur les comportements sains et des clubs de santé dans les lycées et les collèges

6. Former 30 adolescents dans la production des programmes médiatiques.



Ces activités connaîtront une interaction entre elles, elles sont appelées à nourrir les initiatives locales prises dans le domaine de la participation des adolescents et des jeunes.

_________________

Le Karcher nouveau brumisateur de M2m

"je suis heureux, je suis dans tes bras" je t'aime mon coeur
avatar
mehi m2m

Nombre de messages : 4818
Age : 30
Date d'inscription : 02/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Re: Les adolescents agents positifs du changements

Message par mehi m2m le Jeu 19 Mar - 16:23

Projet ‘‘Participation des Adolescents’’

Rencontre avec la Société Civile

30 Juillet 2007





Le 30 juillet 2007 se sont réunies au Bureau de l’UNICEF Algérie 9 associations (Ci-joint la liste des participants) qui oeuvrent pour le bien être de l’Enfant.



L’Objectif de la Rencontre était de présenter ‘‘le concept de la participation des adolescents et des jeunes’’ (Doria Mérabtine) et de recueillir leurs avis sur la question, et d’échanger les points de vue sur les actions qui peuvent être menée pour et par les adolescents, et d’identifier des personnes ressources pour une formation de formateur et qui pourrait par la suite assurer la mise en œuvre du projet.



Après avoir présenté le concept, chaque participant a donné son point de vue sur la question et émis des observations et remarques sur le thème abordé :



Bereksi Kamel (Association Santé Sidi El Houari) : le concept est innovateur mais a besoin d’avoir un porteur de projet (un leader), il pense que ce type de projet doit être traité par différents acteurs, il cite : le rôle de l’état face à cette thématique, le rôle des partis politiques qui ne prennent pas assez en considération les préoccupations des jeunes, et le rôle de la société civile qui a cette facilité de pouvoir reconstruire le lieu social (de bonne relations avec le peuple). Touts ces aspects doivent être pris en considération et ne pas imposer et importer une expérience qui n’est pas conforme avec notre culture. Mettre en place le projet selon la spécificité des différentes régions algériennes. Pour lui l’Adolescent est un état d’être, il est en position de vouloir changer le monde, et que pour ces raisons il faudra l’impliquer dans le processus de mise en place du projet dès le départ et ce pour avoir un meilleur résultat. Le plus dur à son sens c’est de faire changer le comportement des adultes vis-à-vis des jeunes.

M. Bereksi nous apprend qu’un nouveau mot est entré dans le vocabulaire français, c’est le mot ‘‘Adulescent’’ : C’est toute personne adulte qui garde une position de créativité et déborde d’énergie.



Amrane Walid (jeune de 20ans) de l’Association le SOUK, Faculté de Médecine d’Alger : Sur la thématique, Walid pense qu’on n’implique pas assez les adolescents et surtout ceux exclus du système éducatif, il y a un manque de structures pour prendre en charge ces jeunes. Les idées existent mais les moyens pour leur application manquent.

Pour lui, le concept de la participation est un concept d’interactivité, et la question qui se pose et comment communiquer avec ces adolescents ?



Djidjeli Imen du SOUK (jeune de 20 ans) se pose comme question : comment arriver à instaurer le droit à la participation dès l’école primaire ? Pour que cela devienne une culture (la culture de la Participation).



Ouahcine Karima (Fondation pour la sauvegarde des droits des enfants) parle également d’impliquer les jeunes car c’est eux qui sont confrontés à certains fléaux



(Drogue, violence…). Et insiste sur l’engagement de la société civile face à cette problématique. Elle a relaté également l’expérience de l’initiative ‘‘Ville Amie des Enfants’’ où la participation des enfants dans les Assemblées Communales est active.



Benaoudia Madjid (Etoile Culturelle d’Akbou) pense que le corps enseignant doit s’impliquer sur la question des jeunes et souhaite qu’il y ait des communications pédagogiques sur la question. Lui aussi revient sur le fait d’impliquer l’enfant très tôt sur le mode de participation car à son tour il entraînera tout son entourage.



Krimo Madi (Association des handicapées : AWACIPHA) pense que l’état et la société civile doivent prendre leurs responsabilités vis-à-vis de la jeunesse, tel que : la situation des chômeurs qui se sentent exclut de la société.

Et il verrait bien la création d’un magazine pour les jeunes/jeunes.



Abderrahmane Heddad (Association des activités sociales) s’interroge sur les moyens d’amener ce projet sur le terrain, parce qu’il n’y a que les résultats qui comptent. Il faut qu’il y ait une politique sociale et une organisation au niveau nationale, plus de régionalisme.



Mohammed El Mehdi (Doc’s City), jeune de 19 ans, suggère de mettre les moyens simple et rapide pour informer les jeunes, et toucher aussi bien les adolescents de la ville que ceux qui sont dans le milieu rural. Il indique qu’il faut impliquer les parents car ce sont eux qui sont en contact direct, le message doit parler aussi bien aux ados qu’aux parents.

Les jeunes doivent être également dans les programmes médiatiques, car les programmes proposés sont pauvres d’idée.



Bakhchi Riad (Doc’s City), jeune de 20 ans, suggère un accompagnement en formation pour les adolescents et les jeunes, car ces derniers débordent d’énergie et de créativité mais ne savent pas comment les canaliser, et c’est l’age où ils sont vulnérables et très influençables.



Cherfa Ali (AWACIPHA) se pose comme question comment faire communiquer les adolescents et les jeunes ? Selon son avis, il faut créer dans chaque association des cellules de communication qui impliqueront les jeunes, ces cellules à échelle régionale donneront des cellules de communications wilayales, qui eux donneront à l’échelle nationale le parlement des jeunes.



Kebbas Ouiza (Ligue de prévention et de sauvegarde de la jeunesse et de l’enfance, LPSJE), suggère de définir dès le départ la population ciblée pour une meilleur adaptation du projet: les adolescents scolarisés, les adolescents dans les centres de formation professionnelle, les adolescents dans les quartiers…



Meziani Kamel (les Scouts musulmans Algériens) a retracé les grandes lignes du scoutisme en Algérie. Les Scouts comptent beaucoup d’adolescent dans leur rang et sont présents sur tout le territoire national. Dans leurs activités, ils tiennent des forums civiques où l’éducation à la citoyenneté est inculquée, ce qui leur permet une participation civile et politique.



Quelques propositions ont été émises :



- Appuyer la formation des formateurs au droit à la participation (es dates du 27 au 30 octobre 2007 ont été suggérées par Doria dans son email du 31/07/07)

- Intégrer les compétences de vie dans les curricula

- Créer un réseau informel d’associations.

- Communiquer une synthèse du projet aux associations.

- La notion de l’Education des pairs a été abordée par l’ensemble des participants, les thématiques seraient : la communication et la participation.



Il a été également présenté le site Web de l’UNICEF ‘‘la Voix des Jeunes’’ qui a pour objectif :



· être un forum de discussion entre les jeunes de différentes nationalités et différentes cultures.

· éduquer les jeunes sur leurs droits,

· donner des informations concernant les initiatives citoyennes, notamment de jeunes,

· être un très bon support de connaissance pour les adultes.
Au terme de la rencontre, une synthèse a été faite, où les point positifs et les préoccupations face à cette thématique ont été soulevées:

LES POINTS POSITIFS

LES PREOCCUPATIONS


  • Bonne Initiative

    - Une chance et une opportunité

    - Conjuguer nos efforts

    - L’UNICEF veille à la Participation des jeunes

    - Prise en compte de cette problématique. ENFIN !!!

    - Nouvelle vision de notre relation aux jeunes

    - Conjugaison des forces et l’abolition des tabous

    - Création d’un Réseau informel

    - Transformer l’énergie positive en leur faveur, les encourager

    - Créer un espace pour jeunes

    - Débloquer la situation

    - Bonne volonté

    - Cette rencontre est un grand pas

    - Optimiste

    - Intégrer les Adolescents

    - Intégrer les personnes qui veulent travailler

    - Travail extraordinaire

    - Innovation – Terrain Vierge

    - Partager ensemble la même préoccupation

    - Ecoute active

    - Efficacité du débat

    - Existence de l’UNICEF. Merci

    - Accord de tous sur l’importance du sujet

    - La participation des jeunes a commencé

    - Réunion importante, moment d’échanges et de partage

    - Réflexion sur l’expérience

    - Accueil positif à l’idée de la participation

    - Très confiante en la jeunesse.


    - Chercher des solutions

    - Besoin en Formation

    - Passer au boulot

    - Faire participer les jeunes

    - Chercher à faire participer les enfants de la rue

    - Faire participer les jeunes sans exceptions

    - Comment inciter les jeunes à mieux participer dans notre société surtout ‘‘les ratés’’

    - Commencer vite à travailler

    - Transformer les rêves en réalité

    - Toucher les parents/les enseignants

    - Faciliter l’accès aux médias

    - Faire participer les enfants dans les associations

    - Participation des personnes handicapées pour exercer leur citoyenneté

    - Ne pas oublier l’enfant rural

    - Solution pratique pour la sensibilisation des personnes

    - Intégrer l’idée de la participation à toute la société

    - Commencer à travailler avec les enfants très tôt (Ecole…)

    - Aller vers l’action novatrice adaptée à la culture des jeunes

    - Elargir à toutes les régions d’Algérie, notamment dans le Grand Sud et les Hauts Plateaux

    - Tirer les leçons du passé en Algérie et ailleurs.

Alger, le 05 août 2007
La liste des participants :
Noms et Prénoms
ASSOCIATIONS


Djidjeli Imène :Membre du SOUK d’Alger
Mengelberg Rachida :Membre de la Fondation Algérienne de la Sauvegarde des Droits de l’Enfant (FASDE), Beni Saf
Ouahcine Karima: Présidente de la Fondation Algérienne de la Sauvegarde des Droits de l’Enfant (FASDE), Beni Saf
Madi Krimo: Président de l’Association des personnes handicapées (AWACIPHA), Tizi Ouzou
Cherfa Ali :Membre d’AWACIPHA, Tizi Ouzou
Mohammed El MehdiAssociation "SMILE"
Bakhchi RiadAssociation SMILE
Meziani Kamel :Membre des Scouts Musulmans Algériens, Alger
Khirat Hamida : Membre des Scouts Musulmans Algériens, Alger
Naït Oumeziane Yacine :Membre de l’association ‘‘Etoile Culturelle d’Akbou’’, Bejaia
Benouadia Madjid :Membre de l’association ‘‘Etoile Culturelle d’Akbou’’, Bejaia
Amrane Walid :Membre le SOUK d’Alger
Kebbas Ouiza : Présidente de la ligue de prévention et de sauvegarde de la jeunesse et de l’enfance (LSPJE), Tizi Ouzou
Heddad Abderrahmane : Président de l’activité sociale, Batna
Bereksi Kamel : Président de l’association Santé Sidi El Houari, Oran
Meziani Mohamed :Membre de la ligue de prévention et de sauvegarde de la jeunesse et de l’enfance (LSPJE), Tizi Ouzou

_________________

Le Karcher nouveau brumisateur de M2m

"je suis heureux, je suis dans tes bras" je t'aime mon coeur
avatar
mehi m2m

Nombre de messages : 4818
Age : 30
Date d'inscription : 02/08/2007

Voir le profil de l'utilisateur

Revenir en haut Aller en bas

Revenir en haut

- Sujets similaires

 
Permission de ce forum:
Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum